[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

Re: [gulliver] Économies d'énergie et informatique libre


From Benjamin Cama <benoar at dolka dot fr>
Subject Re: [gulliver] Économies d'énergie et informatique libre
Date Thu, 01 Dec 2016 11:49:39 +0100

Bonjour,

Le mercredi 30 novembre 2016 à 21:21 +0100, Laurent Hamon a écrit :
> Très concrètement, depuis le début du mandat (municipal et métropole), je
> suis à la recherche d'une solution libre afin de disposer d'une remontée
> d'information concernant la partie énergétique des ordinateurs et gestion
> de la veille, réduction de l'horloge en cas d'inutilisation etc... en Open
> Source.

Pour ce qui est de la gestion d'énergie au sens de la diminution de la
consommation dès que possible, c'est déjà intégré dans la plupart des
machines et des OS ; je veux dire, pour tout ce qui est automatique.

Pour ce qui est de la remontée d'informations là-dessus, je ne connais
pas ce qui existe.

> Une solution robuste, facilement déployable et administrable.

Ça c'est qu'on veut toujours de toutes solutions :-) Par contre, pour
ce genre de choses, je pense qu'il est désirable d'avoir surtout
quelque-chose de non-manuel, car souvent en voulant faire bien on fait
pire que les solutions automatiques ; et donc pas « déployable » ou
« administrable », juste intégré bien comme il faut à l'OS.

> Mais
> en vain, je ne trouve rien. Uniquement des logiciels propriétaires. Ville
> et Métropole, c'est à peu près 5000 ordinateurs minimum.
> Si quelqu'un à une idée, je suis preneur. S'il n'y a rien, je suis prêt à
> étudier le financement du développement d'un produit, 100% Libre (avec
> d'autres collectivités aussi).

De quelles genres de solutions parlez-vous alors ? Quelque-chose qui
éteindrait les machines non-utilisées ? Normalement ça peut déjà se
faire depuis chaque machine. De quels logiciels propriétaires parlez-
vous ?

> De même, au sein de la Ville/Métropole, j'ai demandé à revoir la politique
> d'équipements afin d'acquérir des PC moins énergivores.

Faire attention à ça : il faut *toujours* tenir compte du cycle
complet, et la fabrication d'un PC est très souvent le poste qui
consomme le *plus* d'énergie. Et donc la meilleure manière de faire des
économies d'énergie est de *ne pas* acheter de nouvelles machines,
aussi peu énergivores soient-elles ! Surtout si on tient compte du mode
de production de l'électricité en fonction du cycle de l'appareil :
pour compenser la fabrication qui a été faite en Chine avec de
l'électricité à base de charbon, je pense qu'on devrait devoir faire
tourner les machines en France (électricité nucléaire) pendant au moins
dix ans avant d'égaler sa consommation de fabrication, au moins…

Et le logiciel libre est une très bonne source d'économies d'énergie
pour ça : il permet de continuer à faire tourner de « vieilles »
machines qui ne pourraient plus fonctionner avec un logiciel privateur
récent (vu qu'on a besoin de logiciels récents en général ; pas
forcément de machines récentes). Malheureusement, le coût d'évitement
d'achat d'une machine (et de la pollution associée) n'étant pas
intégrée dans les budgets, il est difficile de faire valoir que le LL
fait ainsi économiser de l'argent et de l'énergie, et aurait donc déjà
une valeur rien que par ce biais.

> Les services ont
> testés plusieurs solutions en situation réelle et effectués des mesures.
> Nous avons retenus de "petits PC" identiques en terme de puissance aux
> ordinateurs classiques. Le renouvellement est en cours au fur et à mesure
> des besoins. Le résultat est que nous divisons entre 5 et 7 la consommation.

Oui, les petits PC modernes sont bien pour ça. Mais comme je disais, il
faut étudier le cycle complet, et savoir si on fait ça pour la planète
(avec l'histoire de comment a été produite l'électricité, comme raconté
plus haut) ou juste pour son portefeuille, en consommant peu
d'électricité à l'utilisation en France, qui est pourtant nucléaire et
donc peu polluante.

> Si cela nous intéresse, nous pourrions échanger sur le sujet car je pense
> que nous pouvons aller encore plus loin.
> D'autant que nous avons adopté la "Charte Verte du Numérique
> <http://metropole.rennes.fr/actualites/enseignement-superieur-recherche/recherche-innovation/la-transition-numerique-en-debat-a-rennes/>".
> Entre autre, elle vise à réduire de 30% notre énergie sur l'utilisation des
> TIC.

C'est bien. Mais tient-elle compte de l'énergie de fabrication ?
(désolé pour la répétition)

> D'autre part, je vous annonce que ce matin, la Ville de Rennes (et sa
> métropole) vient de recevoir le label "Territoire Numérique Libre
> > <https://territoire-numerique-libre.org/edition-tnl-2016/>" (niveau 4).
> C'est un premier pas pour la suite et un encouragement pour franchir les
> niveaux.

C'est bien, merci pour votre travail.

> Pour info, j'ai fait introduire la notion du Libre dans l'ensemble de la
> politique "système d'information" de la Ville et de la Métropole. C'est
> passé un peu inaperçu. C'est expliqué dans le document "Rapport Budgétaire
> <http://metropole.rennes.fr/politiques-publiques/elus-institution-citoyennete/le-budget-rennais/>"
> (page 117).

Vous parlez de ce passage ?

    Le système d’information doit inscrire son évolution dans un cadre incluant
    l’enjeu de transition énergétique (cf. Charte Verte du Numérique) et une orien-
    tation open source.

C'est pas mal, même si je regrette l'utilisation du mot « open source »
au lieu de « logiciel libre » (vous êtes sûrement au courant du long
débat dans la communauté). Et concrètement, quelle influence aura cette
formulation sur les choix d'évolution du SI ?

Merci,
--
Benjamin Cama