[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

[gulliver] scanner ce cas que je ne saurais voir


From Gilles LAMIRAL <gilles dot lamiral at laposte dot net>
Subject [gulliver] scanner ce cas que je ne saurais voir
Date Fri, 22 Feb 2013 01:15:45 +0100

Bonsoir,

La dernière fois où on en a parlé 2 personnes sur 3
étaient contre la transmission de compétence si celle-ci n'est pas
rattachée de manière *DIRECTE* à un logiciel ou à un matériel libre.

J'aimerais que ces 3 personnes m'expliquent par une définition, et/ou par des exemples concrets, ce que signifie être rattaché de manière directe à une oeuvre libre ou à un matériel libre.

Par exemple, est-ce que si la transmission de compétence elle-même est libre,
Gulliver brandira son panneau "ce n'est pas directement du libre" ?

Je pense que non et donc Florent tu as la solution facile et simple à toutes
tes questions existentielles du type "puis-je parler de cela à Gulliver ?".
La réponse est "Oui si tes paroles sont libres."

Si, par exemple, Gulliver m'interdisait de faire, à Gulliver, un cours sur Windows
même s'il est libre, alors je démissionnerais sur le champ, je ferais imprimer
le logo libre de Gulliver sur du papier-toilette en 50 000 rouleaux et je me torcherais
avec jusqu'à la fin de mes jours dans la plus grande délectation qui soit.

Donc intérieurement tu peux envoyer un gros doigt d'honneur aux
3 membres d'action directe libre qui ne pourront pas lever le petit
doigt au nom du libre ou de l'objet des statuts de Gulliver;
ils pourront seulement invoquer leur position de "goujats dictateurs de Gulliver"
qui décident arbitrairement de ce qu'ils veulent, libre ou pas.

Au final la décision n'aura rien à voir avec le libre, elle aura
à voir avec une équipe de décideurs, le CA de Gulliver,
qui dira alors "Ne fais pas de ce libre là à Gulliver".
Ce cas n'est jamais arrivé explicitement.
Implicitement je pense que nous y baignions jusqu'aux oreilles.

Autre exemple, si Gulliver m'interdisait de faire un cours libre sur
"l'immolation réussie en 3 leçons" alors je ne démissionnerais pas
car c'est déjà interdit par la loi et que j'anime toujours mes
cours par de la pratique, fumante parfois, mais pas à ce point.

Personne n'est obligé de plaire à tout le monde, juste la majorité du CA,
et seulement en cas de litige évident.

A l'autre extrémité, seul Fred (FDL) est capable de faire l'unanimité contre lui
alors que tout le monde est d'accord avec lui sur le fond.

C'est le grand Art du Perfectionniste, le but ultime est de partir dégouté
quand 100% du travail de nettoyage sur une petite tache simple est terminé
depuis longtemps mais que le 101% ne décolle pas, assurément à cause
du passé qui ne veut pas changer.

Réussir à échouer n'est pas donné à tout le monde.

Revenons à notre mouton libre.
Par défaut le champ Gulliver est libre si les graines ou l'herbe sont libres.

En cas de doute, ou par respect, ou par précaution, ou mieux par bonne pratique,
il suffit de poser la question sur une liste pour savoir si le CA
est implicitement d'accord (personne ne répond) ou si une discussion est
nécessaire pour décider du sort final de la proposition
(question et vote au prochain CA).

Cela me fait penser qu'il y a bien 5 ans que la première ligne du règlement intérieur
de Gulliver attend son heure de gloire.

Autre point, quelle est la liste des sujets tabous (et libres) de Gulliver ?


-- Au revoir, 09 51 84 42 42 Gilles Lamiral. France, Baulon (35580) 06 20 79 76 06