[Date Prev][Date Next][Thread Prev][Thread Next][Date Index][Thread Index]

Re: [gulliver] Les intermittences comme source de recettes pour Gulliver


From Frédéric Daniel Luc Lehobey <fdl at niadomo dot net>
Subject Re: [gulliver] Les intermittences comme source de recettes pour Gulliver
Date Tue, 13 May 2014 06:28:46 +0200

Salut Gilles,

Le 2014-04-24 11:47, Gilles LAMIRAL a écrit :

Il est nécessaire d'être au moins 2 adhérents de Gulliver pour organiser une
intermittence : http://gulliver.eu.org/intermittence.

Pourquoi au moins deux, n'est-ce pas une contrainte artificielle ?


En pratique un projet démarre toujours par une première personne active
et pleine d'énergie qui lance un sujet puis d'autres s'y rattachent,
au dernier moment la plupart du temps. "Au moins deux" a priori
limite les projets à leur stade embryonnaire.

Au moins deux parce qu'il faut être au moins deux pour partager un savoir et que je ne partage pas gratuitement (d'habitude on me paie 648 € voire plus par jour pour cela) de savoir avec des non-membres de Gulliver. Des non-membres sont évidemment les bienvenus aux intermittences (publiques, par définition) mais ils assistent seulement en observateurs à un échange de savoir entre au moins deux membres de Gulliver. S'ils veulent accéder *gratuitement* à une version dégradée (rien ne vaut l'interaction) de l'échange de savoir qui a eu lieu lors de l'intermittence entre les membres de Gulliver, il leur reste le compte-rendu sous licence libre prévu, archivé et publié à la fin de l'intermittence.


Je prônerai plutôt un "au moins zéro", puisque cela fait des années
que nous sommes fiers d'annoncer que l'adhésion à Gulliver est
facultative pour y participer, passivement ou activement.

Je propose de demande de payer au moins 1 € par an en contrepartie des déplacements, conseils ou interventions (sans limite de nombre) des membres de Gulliver.


Je te rappelle que le but premier de ma démarche est d'indemniser les bénévoles de Gulliver à la hauteur des frais réels qu'ils engagent (tickets de bus, déplacements en voiture, prêts ou achats de matériels, repas, etc.).

D'ailleurs, à y regarder d'un oeil mercantile,
organiser un projet Gulliver vaut bien 10 adhésions.
Ce n'est pas ceux qui font qui devraient débourser,
ce sont ceux qui consomment.

Je suis entièrement d'accord. As-tu une méthode pour ne pas faire débourser de quoi que ce soit à ceux qui travaillent et faire porter la totalité de l'impôt sur ceux qui bullent (et consomment le travail des autres) ? (Je relève au passage pour t'asticoter que cette considération est un peu présente dans certaines des logiques, plutôt ratées, de la GPL).


Je suis aussi favorable d'un prix libre, de 0 à l'infini,
en temps, en argent, en ?, payés à la sortie ou à l'entrée
ou jamais. Comme les questions d'argent sont assez tabou,
je n'ai pas de solution magique si ce n'est une boite
avec marqué dessus
"paiement libre de 0 à l'infini, un sourire, du temps,
 de l'échange ou rien du tout, no problemo".

Je suis d'accord en faisant commencer le prix libre à 1 € pour marquer l'adhésion à Gulliver (mais évidemment 0 € pour ASSISTER à un évènement de Gulliver). Nous pouvons bien sûr valoriser des contributions en nature. Par exemple je valorise à 1 € la rédaction et publication du compte-rendu de l'intermittence. :-)


Nous pourrons en parler lors du prochain CA de Gulliver.

Au passage il serait utile d'organiser ce CA (de Gulliver) avant le 23 juin, date du prochain CA de la MCE où Gulliver n'a pas encore mandaté de représentant ni de suppléant. Pour rappel : sont invités au CA de la MCE: les membres titulaires et leurs suppléants ; peut aussi y assister 1 personne invitée par association.

Amicalement,
Frédéric Lehobey

PS: elles sont sympathiques les nouvelles associations membres de la MCE.:)